Les prisons secrètes de la CIA (aussi appelées black sites, ou « sites noirs ») désignent des centres de détention clandestins contrôlés par l'agence américaine dans différents pays, dont plusieurs États membres de l'Union européenne (UE). Leur existence, déjà soupçonnée par Amnesty International (qui parlait dans son rapport annuel de 2005 d'un « archipel du goulag »), a été révélée à la fin 2005 par le quotidien Washington Post, et finalement officiellement reconnue par le président George W. Bush le 6 septembre 2006. L'association Amnesty International affirmait ainsi en août 2005 qu'environ 70 000 personnes étaient détenues au secret, hors de tout cadre juridique, par les autorités des États-Unis, hors de leur territoire  Des centaines de prisonniers seraient enfermées dans les bases de Bagram et Kandahar en Afghanistan mais également au Maroc dans la ville de Ben Guerrir. Tous sont jugés responsables de « violations des droits des personnes » dans le cadre de la « guerre contre le terrorisme ».




 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site